La station Aquarius apparaît au coeur du continent Antarctique, grain d'activité esseulé au milieu du néant. Un héliport,  des radômes, quelques bâtiments hémisphériques connectés par des coursives et un immense hangar s'articulent autour d'un tronçon de voie ferrée qui dessert un vaste dôme.

La station Aquarius est un temple de la haute technologie, silencieux, mortuaire, émaillé de taches de sang et de cadavres gelés. Un convoi ferroviaire est arrêté sur les rails, certains de ses lourds wagons chargés de matériel renversés sur la glace, leurs flancs de métal déchirés. Des soldats du Cercle de Vienne gisent partout, mis en pièce par une force terrible et sournoise. Aucune âme qui vive.

C'est du grand hangar aux airs d'entrepôt aéronautique que part la voie ferrée. Dans la pénombre, une tour de contrôle émerge au milieu de dizaines de containers, face à un gigantesque pont roulant qui s'avère être un Seuil mobile, un détournement des propriétés du Zodiaque. Le pont mobile, alimenté par l'étrange technologie du Cercle contraint et manifeste une interface entre deux Jardins, permettant d'aboutir à une forme de téléportation. Le train d'Ulsan, en Corée du Sud, arrive ainsi directement en Antarctique et y apporte des dizaines de tonnes de fret qui sont acheminées jusqu'au dôme à quelques centaines de mètres de là où elles sont précipitées dans un immense puits cylindrique creusé dans la glace. Vers un Seuil du Verseau.

Deux autres bâtiments hémisphériques attirent l'attention, deux laboratoires, deux unités dédiées respectivement au Projet Chronos et au Projet Terminus, des noms déjà évoqués par le passé et dans les notes retrouvées à Stop Station.

Les Trinités découvrent dans l'Unité Chronos une machine complexe similaire aux sphères qui alignaient et synchronisaient les Jardins de l'Agora, aux objets détenus par l'Horloger de Saint-Paul, Robin Flachet, et aux constructs provenant des Ateliers, le Jardin du Cancer. Une minuscule sphère flottant au-dessus de l'appareil dévoile l'expérience menée ici. Le Cercle a créé un point où le temps s'est arrêté, n'existe pas ou quelque autre paradoxe approchant. Dans le même bâtiment est pieusement protégée la chambre de Dieter, dirigeant du Cercle de Vienne que les Trinités avaient croisé à la tour métallique de Lyon. Ses travaux et objets personnels sont exposés dans une mise en scène de musée. Un hommage normalement réservé à un notable décédé mais rien n'indique formellement que l'homme soit mort. Un étrange panneau attire l'attention : plus de 200 photos de Dieter, partout dans le monde, accompagné du même chien. Un basset hound.

La machine de l'Unité Chronos

L'Unité Terminus ressemble quant à elle à un laboratoire de biotechnologies. Un système informatique, imposant et cryptique, est connecté à une salle baignée dans une pénombre ambrée où se dressent des sarcophages transparents. Contenant un corps humain pâle et inerte, chacun d'entre eux est inséré dans une console disposant d'un logement qui accueille un étrange icosaèdre. Les hommes et femmes sont plongés dans le coma, leur chair traversée d'innombrables fils, sondes et perfusions. Leur visage semble avoir explosé en un jaillissement muqueux d'un rouge écarlate tirant vers l'orangé, leur bouche vomit une arborescence compliquée, volutes organiques rappelant les coraux gorgones et les branchies de l'axolotl et les sutures crâniennes ont cédé sous la pression de ces excroissances tortueuses comme des andouillers buissonnants. Dans une pièce proche, une douzaine d'autres corps attendent dans l'obscurité de leur container, neutres, à l'état de simple matériau biologique.

Gonzague Verneuil est stocké dans l'un des sarcophages de la pièce principale et Grégoire Garnier accompagné de deux scientifiques du Cercle suintant de Ténèbres se tient devant les Trinités.

Grégoire Garnier est bien à l'origine de l'assaut contre la Station Aquarius. Ironiquement, il a été invité par le dirigeant du Cercle, Dieter, en vue de conclure une alliance. Apparemment, Dieter pensait s'adresser à l'Hermès Trois-Mages versé dans les mystères mécano-mystiques de l'Agora et non une créature maléfique d'un genre particulier. Grégoire Garnier a été effacé par son Archonte, un Tehôn et ce sont deux de ses frères de Nox qui habitent la chair des savants du Cercle. Il a capturé Gonzague, l'a laissé pour mort et a contraint les techniciens du Cercle à lui faire subir le traitement particulier du projet Terminus. L'âme de Gonzague, sa personnalité, son énergie vitale ont été stockées dans cet artefact technologique. Une prothèse de conscience, la clé d'une forme d'immortalité soumise à la machine. Ce n'est qu'un début.

Garnier sait que les Trinités le traquent mais il les invite à ne pas se tromper d'ennemi. Oui, il est un être de Ténèbres et il a connaissance des enjeux de la lutte que les serviteurs du Dragon conduisent contre les Archontes-Rois. Il représente une nuit plus profonde, une ultime obscurité, un peuple qui revendique une terre, sa part de création. Nox était un monde à part entière et les jeux des Elohim confisquent leur destinée à ceux qui ont le courage et la détermination de faire face à leurs responsabilités. Comme les Trinités, il souhaite plonger dans le Labyrinthe pour détruire Samaël, il voit Baphomet que connaissent bien Iften/Hassan et Salomé comme une puissance déchue et décevante et aujourd'hui, c'est le Cercle qui se dresse sur son chemin. Car la guerre de reconquête de la Terre et de l'Ether ne peut être parasitée par ceux qui souhaitent anéantir l'humanité et rendre la planète stérile, inutile, dépassée. 

Les Trinités sentent qu'il y a du vrai dans les mots de Garnier, il est bel et bien l'émissaire d'un mal profond, celui que Simon et Iften avaient perçu aux portes de la mort dans la prison d'Autun, guidés dans la nuit par Salomé. Garnier et les siens servent des puissances supérieures qui dorment sur Terre depuis longtemps. Les pièces s'assemblent : Garnier cherchait peut-être le sang du Sagittaire en Agora pour ses formules hermétiques mais il est aujourd'hui en quête de l'énergie vitale qui éveillera les puissances assoupies. Quatre entités, cachées sur l'île de Pâques, dans la glace, dans la forêt équatoriale... Garner propose de balayer Archontes, Elohim et humains parasites pour se concentrer sur la véritable bataille. Pour appuyer son argumentaire, Garnier lâche le nom de la forêt d'Ituri.

Mickaël Pertuis comprend que le Tehôn propose une alliance ponctuelle entre sa race ancienne et maléfique et les Trinités en vue de dégager le terrain pour la conquête de la Terre par les survivants de Nox. Ce sera sans eux. Pertuis attaque immédiatement, les Tehôn disparaissent.

Images - https://www.artstation.com/weeneeds