Garnier disparaît, emportant avec lui une partie du laboratoire : son pouvoir de téléportation arrache une sphère de matière et la moitié d'un de ses alliés qui meurt dans une mare de sang au pied des Trinités.

Les négociations avec Nox sont terminées et Salomé retrouve son souffle après avoir été profondément remuée par la présence des Tehôn. Elle reconnaît en eux quelque chose de celui qui lui a donné naissance, de Baphomet.

Le corps de Gonzague flotte dans un sarcophage et les Trinités parviennent à activer le dispositif et à lancer la procédure permettant d'y injecter la contenu de l'icosaèdre. Les registres et données stockées dans le système indiquent que ce procédé a déjà été réalisé plusieurs fois sur les personnes dont les corps sont conservés auprès de celui de Gonzague. Une femme a déjà été réincarnée une demi-douzaine de fois et occupe son troisième corps. Gonzague revient brutalement à la conscience, bouleversé par son expérience. Il revient d'un lieu mystérieux, changé à jamais. L'icosaèdre revêt désormais à ses yeux une importance vitale, il y est étroitement lié, le garde et le protège jalousement. Par ailleurs, certains regards lointains et autres allusions indiquent qu'il n'est pas revenu les mains vides de son voyage aux portes de la mort. Il reprend peu à peu pied dans la réalité et partage ses propres découvertes, notamment ce qui l'a conduit jusqu'ici et sa relation avec Bisesero.

Soudain, une évidence paraît. Une machine capable d'insérer une conscience dans un corps. Une vacillante créature de ténèbres à la recherche d'une enveloppe charnelle pour expérimenter son humanité. Iften saisit l'occasion unique d'offrir la vie à Salomé. Il pense qu'il lui sera possible d'utiliser l'appareil du Cercle de Vienne et surtout d'investir un des corps de réserve entreposés dans une proche salle réfrigérée. Iften choisit pour elle un corps et le lui offre.

L'expérience est inquiétante. Salomé en tant qu'être de ténèbres s'efface, se disloque et disparaît dans les méandres de la machine du Cercle pour être réagencée, organisée et proprement formalisée afin d'imprégner le corps du sujet n°9, une femme d'une trentaine d'années au crâne rasé. Après un instant d'incertitude, la chair s'anime, les membres de Salomé / N°9 se crispent en cette agonie spastique qu'est la renaissance. Panique, exaltation, terreur, soif déchirante, orage de pulsions et de désirs alimentés par le déferlement d'hormones qui chahutent corps et âme. La femme nue et ruisselante qui se relève devant Iften bout de la haine qui lui a donné naissance, s'apaise quand elle perçoit la chaleur de l'attention et de l'amour dans le regard de celui qui l'a rendue plus que jamais réelle. Cette tempête émotionnelle, aux creux abyssaux et aux crêtes acérées, cède peu à  peu la place à une intense vibration qui s'apparente à un retour au calme savamment contrôlé. La synthèse est achevée. Salomé est désormais une femme, sinon normale, à tout le moins tangible et à distance des influences karmiques qui ont accouché d'elle.

Elle est autonome, réelle, présente. Son corps perçoit enfin le monde des humains, c'est un royaume inimaginable qui s'offre à elle. Elle sait à qui elle le doit. Conformément aux données du système, les locaux de l'Unité Terminus contiennent un pack scellé incluant une carte d'identité, un passeport, un permis de conduire, les codes d'accès à un extranet et une CB. Salomé est désormais Erna Schwab, de nationalité suisse.

Gonzague et Salomé à leurs côtés, Iften, Philibert, Mickaël et Simon sont désormais prêts à se tourner vers le puits qui s'enfonce dans les profondeurs du lac Vostok, là où couve un Seuil du Verseau où des quantités phénoménales de matériel sont acheminées depuis la Corée du Sud avant d'y être précipitées.

Illustrations - https://www.artstation.com/yurishwedoff